Les forces qui agissent à la création du monde, à son maintien, à sa destruction, dépassent l’entendement de l’intelligence humaine. La pensée indienne les qualifie d’achintya, d’inconcevables.
Comment dès lors expliquer l’inconcevable avec la seule intelligence rationnelle ? Comment depuis la terre, une minuscule tête d’épingle dans l’univers, pouvons-nous saisir l’inconcevable ?

Les scientifiques ne ménagent pas leurs efforts pour comprendre ces phénomènes. Grâce au génie des chercheurs des siècles passés et grâce aux récentes découvertes de la physique et de l’astro-physique, les scientifiques nous expliquent que quatre énergies majeures sont à l’œuvre dans le macrocosme et le microcosme,
– La gravitation
– L’énergie électromagnétique
– L’énergie nucléaire forte
– L’énergie nucléaire faible

L’astro-physique moderne formule maintenant l’hypothèse que ces quatre énergies sont à l’origine une seule énergie primordiale qui se serait diversifiée sous l’effet de la diminution d’énergie résultant de l’expansion de l’univers. Ces diverses énergies agissent principalement sur la structuration de la matière dans l’univers.

Mais quand est-il de la conscience ? Est-elle une résultante de l’interaction de ces énergies ou dépend-elle d’une autre forme d’énergie encore inconnue à ce jour ? Comme la matière noire, une masse invisible qui représenterait 2/3 de la masse de l’univers et dont l’existence, bien qu’elle ne soit pas scientifiquement prouvée à ce jour, demeure indispensable à la validation des théories en cours quant aux origines de l’univers.

Sur ce point la métaphysique tantrique et védantiste, deux courants majeurs de la pensée indienne se rejoignent. Elle considère que conscience et énergie sont indissociables, comme peuvent l’être noyaux et électrons dans la forme stable d’un atome. Purusha est centre, Shakti est énergie qui gravite autour. Purusha est polarité positive, Shakti polarité négative. Deux qui sont un et multiple, indissociable, inconcevablement un et différent.

PURUSHA
Purusha est désir, la conscience à l’état pur, le principe masculin universel, le centre immuable, organique et dynamique, le Tout dans sa plénitude absolue qui se déploie partout, au sein même de chaque atome, dans et hors création.

SHAKTI
Shakti est énergie consciente, c’est le principe féminin dans toute sa force, beauté et splendeur. C’est l’ananda, le plaisir sans cesse renouvelé. Si Purusha désir s’est Shakti qui agit. Sans elle Purusha ne peut rien, sans Shakti Purusha n’est rien. Purusha rêve le monde, Shakti le déploie. Purusha et Shakti sont à l’origine de la création. L’univers ne pourrait exister l’un sans l’autre.

PURUSHA SHAKTI
Certaines écoles de pensée indienne envisagent, hors espace temps, la paire PurushaShakti comme non-duelle, une forme d’union parfaite source d’une béatitude éternelle ananda. D’autres au contraire soutiennent que cette paire est en mouvement permanent, créant hors espace temps, une variété spirituelle sans cesse renouvelée comparable à un jeu d’amour prema empreint d’une palette de sentiments aux couleurs illimitées et toujours nouvelles.

TROIS ASPECTS DE SHAKTI
De la même manière que la physique moderne reconnaît l’unité et la diversité de l’énergie, la pensée indienne explique que Shakti , bien que d’essence unique se déploie en trois aspects fondamentaux : Yogamaya, le savoir, Mahamaya, la force d’illusion, et un état marginal instable appelé Tatashta qui  est propre à la multitude des êtres vivants présents dans la création.

MAHAMAYA – La grande illusion
Mahamaya ou Maya Shakti est responsable du déploiement du monde temporel. C’est la matrice de l’univers. Elle existe dans un état non manifesté et se déploie pendant le processus de création comme la nature matérielle, constituée de 24 éléments fondamentaux en dehors desquels rien n’existe. C’est cet aspect de la Shakti qui avec l’influence du temps domine le monde, recouvre les qualités intrinsèques et éternelle des êtres vivants en les maintenant dans diverses formes de dualité, corps-esprit ; masculin-féminin ; bien-mal ; jour-nuit ; mort-naissance ; jeunesse-vieillesse etc, etc, etc. Dans la Bhagavad gita Krishna la définie comme énergie divine. Mahamaya est la force d’illusion

TATASHTA SHAKTI – Les êtres vivants
C’est la multitude des êtres vivants, innombrables, qui gravitent dans la création. Sous l’influence du temps et du désir les êtres vivants pénètrent la Maya. Ils vont développer une quasi-infinité de formes principalement en fonction de leurs désirs et de leur action karma.

YOGAMAYA – L’énergie mystique de Purusha
La pensée indienne soutient qu’au-delà du plan de l’illusion existe, hors échelle temps, dans l’éternel présent, une autre réalité, “faite” de beauté, d’harmonie, de connaissance, de joie, de félicité, d’amour. C’est le domaine ou l’autre aspect de la Shakti, Yogamaya, se déploie pour créer un jeu sans limite lila. Il est important de comprendre que ce plan de la conscience est accessible à tout moment, il n’y a pas de limitation, seul compte le désir.

L’EGO
Le yoga, les yogis, nous invitent, aux travers d’expériences pratiques et dans un processus graduel d’accéder à divers états de conscience au-delà de la maya, de l’illusion. Cette quête personnelle est un long processus de transformation, une alchimie de la conscience. Srila Sridhara Maharaja dans son livre “Recherche aimante des serviteurs perdus” explique : “Rien d’extérieur n’est requis dans cette quête. La seule chose requise est de démanteler la couverture de l’égo. L’égo collecte des données externes mais cette boîte de données doit être dissoute. Alors dans l’intimité du cœur nous pouvons trouver notre connexion avec le plan fondamental.” celui de la connaissance, cet aspect de la Shakti dans lequel s’exprime de manière spontané notre service d’amour dans le “tout organique.”

Dans cette démarche personnelle les maîtres yogis nous conseillent de développer des qualités comme l’humilité, la confiance, l’enthousiasme, la patience ; De maîtriser des techniques de respiration pranayama ou de réciter, chanter, méditer des mantras dont les vibrations nous libèrent progressivement de l’influence mentale et nous connectent directement au plan de la conscience ; De servir avec abnégation la lignée des maîtres à laquelle nous sommes reliés… Mais Le plus important dans cette recherche intérieure est d’ouvrir notre esprit à d’autres paradigmes. Ce que les bhakti-yogis appellent sradha, une conviction, une force intérieure, une intuition personnelle profonde qui relève presque de la certitude et nous invite à explorer d’autres champs des possibles ou l’inconcevable achintya devient réalité perceptible. Plus sur le plan du service que du renoncement, de la conscience que de la relativité.